Prévention et résolution des différends professionnels

La gestion amiable des différends professionnels peut prendre plusieurs formes. Les processus les plus fréquents sont la médiation, la conciliation ou la négociation.

Derrière ces mots que nous connaissons tous, se cachent des méthodologies bien différentes qui sont autant d'outils pour gérer les situations auxquelles les entreprises sont confrontées.

La médiation et la conciliation ont en commun le recours à un tiers neutre qui va aider les protagonistes à résoudre leur différend ; elles diffèrent par la participation du tiers dans la résolution du conflit : le médiateur facilite la recherche de la solution par les protagonistes alors que le conciliateur propose sa solution.

La négociation permet à une organisation de déléguer à un tiers la représentation de son point de vue face à une autre personne morale.

CAPIMECO apporte la pratique et la maîtrise de ces modes de prévention et de résolution de conflits.

Jean-Luc CARPENTIER est médiateur diplômé de l'Université de Paris Panthéon-Assas et de l'Université de Lyon II.

La médiation repose sur la responsabilité et l'autonomie des participants. Le médiateur, un tiers impartial, indépendant, neutre et sans pouvoir de décision, favorise la prévention ou le règlement du litige par des entretiens individuels et des rencontres communes. Le médiateur apporte son expertise de la restauration de la communication. Il n'intervient pas dans la détermination de l'accord.

Par conséquent, la médiation donne des accords de très haute qualité car ils sont exclusivement le fruit des échanges entre les protagonistes : personne ne sait mieux qu'eux-mêmes ce qu'ils recherchent et ce qu'ils sont prêts à accepter pour résoudre leur différend.

La médiation s'applique aux différends entre collaborateurs et entre organisations.

La conciliation est une alternative à la médiation, elle comprend une implication du conciliateur qui, tout en restant impartial et indépendant, va orienter les échanges entre les protagonistes du conflit et participer à la recherche d'une solution.

Si une médiation est bloquée, il est possible de poursuivre par une conciliation : le conciliateur, en intervenant activement dans la recherche d'une solution, mais aussi en influençant les protagonistes avec sa propre vision, apporte son expertise et son expérience. Cette implication du conciliateur rend parfois un accord de conciliation moins consensuel qu'en médiation.

La conciliation s'applique aux différends entre collaborateurs et entre organisations.

La négociation implique un partie-pris du négociateur qui prend fait et cause pour un des protagonistes.

L'entreprise va faire appel à un négociateur pour restaurer des relations avec une partie-prenante avec laquelle la communication s'est dégradée au point de ne plus être possible.

Contrairement au protagoniste qu'il représente, le négociateur est un nouvel acteur dans le litige, il ne porte pas le poids des rancunes qui ont abouti à la rupture de la communication. Dans la limite de la délégation que lui concède son client, son objectif unique est la résolution du litige.

La négociation s'applique aux différends entre organisations.

Plus d'informations sur la médiation

des différends entre personnes physiques

Plus d'informations sur la médiation

des différends entre personnes morales